Vanessa Georges porte un nouveau regard sur la photographie de famille 

Publié le 21 avril 2020 par Pion Denise
Condividi su Facebook Condividi su Twitter Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin

“Martine Franck disait : “une photographie, c’est un fragment de temps qui ne reviendra pas”. Mon travail et de figer au mieux ces souvenirs pour que mes clients les regardent, les revivent, les transmettent.” Rencontre avec Vanessa Georges, photographe depuis 5 ans. 

 

Vanessa a toujours été attirée par la photographie. Petite, elle restait des heures avec son grand-père dans sa chambre noire pour le regarder tirer ses images. Il était passionné lui aussi. Après un début de parcours en psychologie, un jour cette passion s’est imposée à elle comme une évidence. 

 

Elle a créé son auto-entreprise en 2015 suite à son installation dans le sud de la France. Vanessa travaille seule principalement, mais engage parfois un second photographe sur ses reportages de mariage. Elle travaille uniquement pour les particuliers, pour des reportages de mariage, des séances famille, naissance, couple ou encore des EVJF. Loin des photos clichées, Vanessa apporte un style authentique à chacun de ses shootings. 

Vanessa, comment êtes-vous devenue photographe professionnelle ? Quel est votre parcours ?

 

J’ai un parcours un peu tortueux, comme beaucoup de personnes aujourd’hui. Suite à l’obtention de mon baccalauréat scientifique, je me suis d’abord dirigée vers la psychologie. Fille de psychanalyste et de psychiatre cela semblait évident. Je l’ai étudiée quatre années à Paris 5. 

 

La photographie restait dans un coin de ma tête depuis toujours mais je n’osais pas l’envisager. Après l’obtention de mon Master 1 en Psychologie Clinique, je ne trouvais toujours pas ma place. Alors j’ai décidé de tenter l’aventure. J’ai passé des concours pour intégrer une école et ça a payé. J’y suis restée deux ans. Et puis, comme la photographie est souvent une affaire d’opportunités, j’ai quitté mon école pour aller travailler comme assistante de plateau durant six mois à New York. En revenant j’ai décidé de poursuivre ce métier, cette fois dans un studio de mode parisien. J’ai ensuite travaillé comme galeriste, à Paris également, et enfin comme assistante d’édition dans une maison spécialisée dans la photographie. 

 

J’y ai fréquenté des grands noms de la photographie et j’ai pu faire des rencontres incroyables. Ce sont de très beaux souvenirs. C’est également à cette période que j’ai rencontré l’homme qui deviendra mon mari. Il vivait dans le sud de la France, à Marseille. Il a fallu rapidement prendre une décision et j’ai décidé de l’y rejoindre. 

 

Je me suis demandée ce que j’allais pouvoir faire maintenant. Je partais de zéro dans une ville que je ne connaissais pas, sans relations. Je n’avais jamais envisagé de travailler comme indépendante, j’avais une vision bêtement snob, forgée par mon école, de la photographie de mariage. Cela me semblait très ringard et kitsch. Jusqu’à ce que je découvre les images de photographes comme Sarah K Byrne, les Kitcheners, Jean-Laurent Gaudy ou encore Ben Sasso. J’ai trouvé ça merveilleux, rempli de poésie. La place de la narration dans leur travail photographique m’a beaucoup plu. Voir chaque séance photo comme un reportage, comme une histoire : l’histoire d’une famille à un instant T. 

 

Je me suis donc lancée dans l’aventure. Cela fait cinq ans que ça dure et j’adore mon métier. Quel honneur de pouvoir être le témoin de ces moments de vie, de choses simples mais fondamentales. Je me considère aujourd’hui comme privilégiée de pouvoir exercer ce si joli métier de photographe de mariage que je trouvais si ringard il n’y a pas longtemps. 

 

Quel modèle et quelle marque d’appareil photo utilisez-vous ? 

 

J’utilise deux appareils photo sur mes reportages de mariage et ce sont tous les deux de Nikon D750. Ma famille a toujours eu des Nikon et je n’ai jamais trop cherché à essayer autre chose je dois l’avouer. J’en suis très contente, c’est un boîtier (relativement) léger et compact pour un full frame, il monte bien dans les ISO. Il est également assez réactif. Je vais sûrement changer de boitier à la fin de ma saison mais je resterai chez Nikon. Quand on investit dans des optiques, cela représente un gros budget de tout changer pour changer de marque. 

 

En personnel j’utilise un Fujifilm xt3, je l’adore. Mais il reste malheureusement pas assez performant pour m’en contenter sur mes reportages. 

 

Quelles sont vos astuces pour réussir les photos de famille ou de couple en noir et blanc ?

 

Il faut les penser en amont. Quand je réalise mes séances, je sais pendant ma prise de vue lesquelles je passerai en noir et blanc (je les passe toujours en post prod car le fait de shooter en noir et blanc fait perdre beaucoup d’informations à l’image). Encore plus qu’en couleur, tout est question de contraste, de lumière. Le travail se fait pendant la prise de vue mais devant l’ordinateur également. Certains préfèrent des tons doux, je préfère les images plus contrastées. C’est une question de goût. 

 

Que conseillez-vous de faire pour bien préparer et gérer les aléas d’une séance photo avec des enfants ?

 

Pour réussir une séance avec des enfants, il faut combiner le moment de la journée où la lumière est belle et un moment de la journée où les enfants sont en forme. Ce n’est pas aux enfants de s’adapter, c’est à nous. Du coup j’organise souvent les séances en fin d’après-midi, après leur sieste vers 17h30-18h. La séance ne doit pas durer trop longtemps, une heure maximum. 

 

Comme je construis mes reportages comme une histoire j’essaie de faire vivre un moment en famille : une balade en forêt, des jeux dans le jardin, une attaque de guilis, la confection d’un gâteau… Rester dans des moments du quotidien cela me semble primordial. Les enfants se sentiront en confiance, il ne faut pas les isoler de leur routine. C’est là qu’on retrouvera le naturel et la spontanéité de nos petits monstres et leurs merveilleux éclats de rire qui nous font tous craquer.

 

Un grand merci à Vanessa Georges qui nous a donné quelques informations sur son activité de photographe. Si vous avez aimé cet article et que vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à faire un tour sur son site vanessageorges.com ! 

Partager l'article:
Condividi su Facebook Condividi su Twitter Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin
Publié le par Pion Denise
Publié dans: Photographie
TAG:
Articles similaires:

Laveco e.U.

Entreprise de nettoyage
écrit par Elena.M le 12 Mars
François et son équipe, en plus d’être très serviable ont fourni un travail d’une qualité irréprochable…

Clara Gerthy

Nutritionniste à Toulon
écrit par Kathi.P le 14 décembre
Clara a su identifier mes problèmes et a pu me trouver des solutions adaptées…

DJ Hernandez

DJ à Rennes
écrit par Elvis.Z le 12 Avril
Musique très bien sélectionnée, Dj Hernandez a assuré une bonne ambiance tout au long de la soirée…

Tamara P

Traductrice à Marseille
écrit par Mateo.T le 7 Février
Elle travaille en détail et avec précision. Tout est livré dans les délais. Une personne appliquée…

Andrea Burgser

Photographie à Lyon
écrit par Anna.S le 15 Février
Andréa a su capturer les émotions et les moments clés de cette séance. Un travail d’un artiste…

Lacotec e.U

Peintre à Bordeaux
écrit par Antonio.M le 19 novembre
Peinture d’un immeuble ancien: chambre, cuisine, armoire, etc. compétent, fiable, rapide et ordonné…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comment fonctionne ProntoPro

Faire une demande
1

Faire une demande

Indiquez ce dont vous avez besoin en quelques clics.
Comparez les devis
2

Comparez les devis

En quelques heures, recevez jusqu'à 5 devis personnalisés.
Choisissez le professionnel
3

Choisissez le professionnel

Choisissez le professionnel le plus adapté à vos besoins après avoir comparé les devis et consulté les profils.