Une entreprise de sport qui fonctionne à deux !

Publié le 20 décembre 2019 par Pion Denise
Condividi su Facebook Condividi su Twitter Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin

 

Les fondements d’une entreprise sont essentiellement formés par la passion. Bien entendu, un travail acharné et une bonne collaboration sont toujours à la base de toute réussite. Cela se voit parfaitement dans l’exemple de l’entreprise « Bam Freesports » dont Bastien Dousse est le co-créateur. Notons que cette entreprise est gérée par lui et son épouse.

Cette petite entreprise est, comme toute chose, née d’une idée entre les deux époux. En effet, Bastien Dousse et son épouse ont commencé à concrétiser leur idée en 2012. Les deux étant férus de sports. Il est donc tout à fait normal de constater une bonne entente entre les deux lors de la mise en place du projet.

Bien entendu, rien ne s’est fait au hasard et simplement. En effet, le couple n’a pu ouvrir un trampoline park qu’en 2014. C’est à cette même date que leur premier labo a pu ouvrir ses portes également. Aujourd’hui, la passion et l’engouement s’ajoutent à la liberté. Ce sont les motivations de qui mène cette belle aventure.

 

Votre univers professionnel tient son origine des États-Unis. Comment se porte-t-il en France? Que pouvez-vous nous dire à propos?

 

On s’est beaucoup inspiré d’un modèle très connu dans les sports extrêmes : Woodward. Ils ont inventé le détournement des équipements de gym pour l’adapter aux sports extrêmes. Dans le même temps, la vague des trampolines parks grands publics est arrivée en France. On ne voyait pas ça d’un très bon oeil au départ, surtout qu’ils avaient souvent beaucoup plus de moyens de nous. Mais je pense que ça nous a portés aussi, ça nous a facilité l’ouverture au grand public. Aujourd’hui, personne ne nous demande ce qu’on propose, et pourquoi les sessions durent au moins 1h et pas 5 min comme c’était le cas il y à 5 ans. On essaye d’être là pour ceux qui veulent progresser, en faire une pratique plus sportive que loisirs, même si beaucoup viennent en départ juste pour rigoler. On arrive aujourd’hui à avoir en même temps un skier membre de l’équipe de France de freestyle et un petit de 8 ans qui vient fêter son anniversaire. J’aime bien faire le lien et expliquer au grand public pourquoi ces sportifs viennent chez nous.

 

 

Quels sont les types de matériels de travail que l’on retrouve dans vos salles? Décrivez-nous l’un d’entre eux?

 

Je pense que le plus plébiscité, c’est le megatramp. C’est un trampoline né aux États-Unis, et fait en particulier pour les skieurs freestyle. C’est un grand trampoline carré de 5m de côté environ, avec une toile haute performance. Il permet de montrer très haut (plus de 5m au-dessus de la toile pour les meilleurs) sans avoir la même précision que les gymnastes de haut niveau grâce à sa taille. Je pense qu’il n’y en a pas plus de 5 ou 6 en France, dont 2 chez nous !

 

 

Les slope style, half pipe… en quoi est-ce différent de ce qui se fait déjà?

 

Ce sont des disciplines de skis, qui arrivent au JO petit à petit. Cela demande beaucoup d’engagement, et travail, pour atteindre le niveau des meilleurs skieurs du monde. Pour vous donner une idée, ils enchaînent environ 6 à 12 sauts ou modules, dont les plus gros font 15m de long et sur lesquels les meilleurs font des figures où ils passent 3 fois la tête en bas. On ne peut pas se lancer là dessus sans avoir énormément travaillé avant, et le trampoline permet de répéter toute l’année même sans neige, et avec son coach juste à côté. Les infrastructures comme les nôtres ont vraiment fait progresser ces sports.

 

 

Comment s’opère le détournement d’un matériel?

 

La gym a mis au point des équipements depuis plus de 50 ans, mais avec l’idée de tout cadrer, tout maîtriser. Chez nous, c’est une peu comme si vous aviez piqué les clés du gardien du gymnase des JO, et que vous pouvez tout déplacer avec vos potes pour passer 2h de rigolades, de défis et de progression. On a ajouté à ça le grain de folies et de créativité qu’on retrouve dans le skate ou le bmx. Est-ce qu’on arrive à sauter de là à là ? Ce qu’on appelle un gap ou un transfert, on les a prévus à l’avance (presque tous). On cherche à créer des modules qui ont une utilisation pour tous les pratiquants, quel que soit leur niveau, avec une utilisation parfois très différente en fonction du niveau. Par exemple, on a un mur de 2m30 à Grenoble, à côté d’un trampoline. Les débutants essaient de s’accrocher en haut pour escalader le mur, les confirmés passent par dessus sans le toucher, parfois en faisant des figures.

 

Un grand merci à Bastien Dousse qui nous a donné quelques informations sur son activité de gérant de PME. Si vous avez aimé cet article et que vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à faire un tour sur son site www.bam-freesports.com

 

 

Partager l'article:
Condividi su Facebook Condividi su Twitter Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin
Publié le par Pion Denise
TAG:
Articles similaires:

Laveco e.U.

Entreprise de nettoyage
écrit par Elena.M le 12 Mars
François et son équipe, en plus d’être très serviable ont fourni un travail d’une qualité irréprochable…

Clara Gerthy

Nutritionniste à Toulon
écrit par Kathi.P le 14 décembre
Clara a su identifier mes problèmes et a pu me trouver des solutions adaptées…

DJ Hernandez

DJ à Rennes
écrit par Elvis.Z le 12 Avril
Musique très bien sélectionnée, Dj Hernandez a assuré une bonne ambiance tout au long de la soirée…

Tamara P

Traductrice à Marseille
écrit par Mateo.T le 7 Février
Elle travaille en détail et avec précision. Tout est livré dans les délais. Une personne appliquée…

Andrea Burgser

Photographie à Lyon
écrit par Anna.S le 15 Février
Andréa a su capturer les émotions et les moments clés de cette séance. Un travail d’un artiste…

Lacotec e.U

Peintre à Bordeaux
écrit par Antonio.M le 19 novembre
Peinture d’un immeuble ancien: chambre, cuisine, armoire, etc. compétent, fiable, rapide et ordonné…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comment fonctionne ProntoPro

Faire une demande
1

Faire une demande

Indiquez ce dont vous avez besoin en quelques clics.
Comparez les devis
2

Comparez les devis

En quelques heures, recevez jusqu'à 5 devis personnalisés.
Choisissez le professionnel
3

Choisissez le professionnel

Choisissez le professionnel le plus adapté à vos besoins après avoir comparé les devis et consulté les profils.