Quand l’ostéopathie devient populaire

Publié le 9 août 2019 par Pion Denise
Condividi su Facebook Condividi su Twitter Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin

“D’abord installée en Picardie à la sortie de l’école, l’ouverture d’un cabinet s’est montrée très compliquée. Il y a en effet beaucoup d’ostéopathes et de tout nouveaux installés chaque année. On compte désormais en moyenne 7 ans pour réussir à faire sa place. J’avais choisi la campagne, pensant contribuer à lutter contre la désertification médicale”. 

 

Mais l’expérience n’a pas été concluante pour Camille FLODERER, une ostéopathe de formation diplômée de l’Institut Supérieur d’ostéopathie de Lille avec une formation de 5 ans. Elle prendra donc la décision de se déplacer vers Annecy, en Haute-Savoie. Et là, sa chance tourne et elle se retrouve à gérer deux cabinets. 

 

Aujourd’hui, elle travaille dans un cabinet partagé avec un autre ostéopathe et une kinésithérapeute. Elle a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions. 

Comment gérez-vous vos propres douleurs? Vous arrive t-il de consulter? Dans quel cadre?

 

Comme on dit, ce sont souvent les cordonniers qui sont les plus mal chaussés ! Notre métier est physique, mais nous apprenons à devenir fainéants, en nous servant du poids du corps (le nôtre et celui du patient) pour tenir nos journées de travail. Pour mes propres douleurs, je délègue à des collègues, ma collaboratrice ou d’autres ostéopathes en qui j’ai confiance ! J’essaye d’appliquer mon principe de prévention en consultant 3/4 fois dans l’année. L’année dernière j’ai été suivie principalement dans le cadre de ma grossesse. Et je fais suivre mon enfant également. Je tiens à rester sa maman, pas son thérapeute.

 

 

Comment applique t-on ses doigts sur une zone dans votre métier?

 

Nous commençons par une « routine » de tests. La première phase étant tout d’abord l’observation. Comment est ce corps? Qu’a t il vécu avant aujourd’hui ? Que nous raconte-t-il déjà dans son maintien ? Puis de là, nous commençons par poser les mains, et effectuer des tests globaux, qui vont devenir de plus en plus précis en fonction du motif et des résultats de ce que nous auront testé de manière globale. L’anamnèse de départ est très importante aussi, afin de localiser les rythmes et les structures probablement mises en jeu,  ainsi que l’histoire du corps, la recherche de séquelles liées à des traumatismes (physiques ou émotionnels) ou encore des opérations. Une connaissance approfondie de l’anatomie est indispensable pour approcher au mieux les structures en respectant les axes anatomiques. Pour le reste, c’est la pression et l’intention qui déterminent la zone à toucher. La main sur une même zone, la pression sera différente si vous souhaitez toucher la peau, le muscle ou l’os plus profond, voire même l’organe visé si c’est sur un abdomen.

 

Comment pratique t-on de l’ostéopathie sur bébé?

 

Sur un bébé, la pratique est très douce, et principalement mobilisatrice. Nous prenons notre temps pour l’approcher, rassurer les parents aussi sur le côté non invasif et indolore. Parfois, ils peuvent pleurer ; certains ont faim, d’autres ressentent le stress des parents, n’aiment pas se retrouver déshabillé sur une table alors qu’ils étaient au chaud en cosy ou en écharpe, ou alors relâche leur côté émotionnel. Une étude intéressante a été réalisée sur les larmes, chargées en adrénaline lors de pleurs émotionnels, concluant que pleurer est une façon d’évacuer un stress. On fonctionne de même qu’un adulte à d’abord tester la globalité, pour affiner vers des zones plus précises. Un bébé ne se traite pas comme un adulte mais nous pouvons traiter des adultes comme des bébés. Il faut être très observateur, un bébé raconte déjà beaucoup de choses sans parler !

 

Quel est le champ d’application de vos compétences sur les personnes handicapées?

 

Sur des personnes handicapées, presque tout est possible, il convient simplement d’adapter ses techniques à chacun. Difficile de demander certains travaux musculaires à une personne atteinte d’un handicap moteur, mais il existe d’autres techniques, passives pour le patient que je pourrais réaliser. Il faut prendre en compte les contraintes de chacun et s’adapter au mieux. Pour les handicaps mentaux, cela nécessite une préparation préalable de la part de leur entourage afin d’expliquer que je vais les toucher, un peu entrer dans leur sphère intime en quelque sorte, au cour de la séance, un peu comme les bébés, il faut être très observateur de ce qui se passe. Pour d’autres handicaps comme la surdité, j’ai quelques notions de langage des signes mais pour l’instant pas de sourd au cabinet. Pour la cécité, aucune particularité autre que de faire attention avec la disposition du cabinet et les directives énoncées. L’ostéopathie peut entrer dans un champ d’action pluridisciplinaire en complément du suivi kinésithérapique et médical de certains handicaps pour l’optimisation de certains protocole de traitement.

 

Un bébé n’est pas un mini-adulte 

 

Il est indispensable de faire une grande différence entre la façon dont on entreprend un traitement sur une personne adulte et la méthode employée sur un bébé. Pour résumer le procédé, le professionnel fait savoir qu’il est impossible de traiter un bébé comme un adulte, mais que l’inverse est plus que possible.

Pour en savoir plus : https://www.osteopathe-floderer.fr/>

Partager l'article:
Publié le par Pion Denise
TAG:
Articles similaires:

Laveco e.U.

Entreprise de nettoyage
écrit par Elena.M le 12 Mars
François et son équipe, en plus d’être très serviable ont fourni un travail d’une qualité irréprochable…

Clara Gerthy

Nutritionniste à Toulon
écrit par Kathi.P le 14 décembre
Clara a su identifier mes problèmes et a pu me trouver des solutions adaptées…

DJ Hernandez

DJ à Rennes
écrit par Elvis.Z le 12 Avril
Musique très bien sélectionnée, Dj Hernandez a assuré une bonne ambiance tout au long de la soirée…

Tamara P

Traductrice à Marseille
écrit par Mateo.T le 7 Février
Elle travaille en détail et avec précision. Tout est livré dans les délais. Une personne appliquée…

Andrea Burgser

Photographie à Lyon
écrit par Anna.S le 15 Février
Andréa a su capturer les émotions et les moments clés de cette séance. Un travail d’un artiste…

Lacotec e.U

Peintre à Bordeaux
écrit par Antonio.M le 19 novembre
Peinture d’un immeuble ancien: chambre, cuisine, armoire, etc. compétent, fiable, rapide et ordonné…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comment fonctionne ProntoPro

Faire une demande
1

Faire une demande

Indiquez ce dont vous avez besoin en quelques clics.
Comparez les devis
2

Comparez les devis

En quelques heures, recevez jusqu'à 5 devis personnalisés.
Choisissez le professionnel
3

Choisissez le professionnel

Choisissez le professionnel le plus adapté à vos besoins après avoir comparé les devis et consulté les profils.