L’eïnothérapie : la meilleure thérapie pour retrouver son bien-être

Publié le 20 mai 2019 par Pion Denise
Condividi su Facebook Condividi su Twitter Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin

Notre comportement est en grande majorité régi par des “programmes”, hors de notre volonté. Parmis ces programmes, des peurs, des culpabilités, des traces d’événements passés. L’eïnothérapie est une nouvelle thérapie utilisant l’hypnose dont le but est de libérer l’individu des blocages internes pour enfin être soi-même, et bien dans sa peau. Afin de mieux appréhender cette approche, nous avons discuté avec Mathieu Mylène, eïnothérapeute.

Mathieu Mylène est diplômée en master de recherche en physique de l’ENS Lyon. Elle a également un master en management international de l’EMLyon et de l’Institut Paul Bocuse. Fromée ensuite à l’eïnothérapie par Bernard Sensfelder, fondateur de cette nouvelle approche, elle exerce actuellement à Lyon dans son propre cabinet de consultation, et anime régulièrement des stages de pratique et de formation.

Expliquez-nous ce que c’est l’eïnothérapie ?

 

L’eïnothérapie considère que l’origine du mal être se situe dans le fonctionnement de notre cerveau. Il faut commencer par préciser que nous ne sommes pas notre cerveau. Celui-ci réagit à l’arrivée d’information, et nous subissons les réactions que déclenche notre cerveau. Nous ne décidons en fait pas souvent de nos actes. Le cerveau déclenche des comportements selon des programmes accumulés au fil du temps. Lorsqu’une information est interprétée comme un danger par notre cerveau, un signal de peur ou de culpabilité est envoyé dans le corps. C’est ce que l’on appelle le mal-être.

Chaque signal (ou programme) du cerveau a son équivalent, sa réciproque dans le corps sous forme de tensions.

Pour aller mieux, il faut effacer les programmes qui nous enferment, qui nous dévient à notre insu.

Dans le corps, une ou des tensions sont stockées, comme une forme de mémoire corporelle du programme. Ces tensions empêchent la libre circulation du mouvement vital. L’harmonie initialement présente n’est plus complète quand le corps se retrouve en partie figé.

La force de l’Eïnothérapie est de pouvoir travailler sur une tension corporelle (donc psychique) sans avoir forcément besoin de connaître l’origine de cette tension.

Retrouver le bien-être, c’est donc enlever ce qui nous empêche d’être nous-même, au niveau corporel autant que mental.

En pratique, l’hypnose sera utilisée comme un outil pour “assouplir” le cerveau, pour pouvoir accéder des peurs qui sont en temps normal trop vérouillées.

Le principe est d’activer le programme inadéquat, que l’on souhaite supprimer. Le signal de danger est envoyé, le corps réagit et rien ne se passe. Le cerveau constate que son signal de danger est inutile : il l’efface.

Cela paraît simple, et ça l’est. Le plus délicat étant d’atteindre les programmes du cerveau, car leur accès est parfois bien protégé – par le cerveau lui-même ! Le rôle de l’eïnothérapeute sera justement d’accompagner la personne, par sa qualité de présence notamment, et de créer l’environnement favorable au lâcher-prise.

Le point fondamental de cette pratique est de laisser faire le corps, de le laisser s’adapter par lui-même à son environnement (au sens large, c’est-à-dire à sa vie telle qu’elle est à cet instant-là).

 

Quel est donc l’élément principal qui est pris en compte dans ce type d’hypnose ? Comment le manoeuvrer pour atteindre les résultats escomptés ?

 

Dans cette approche, il n’est justement pas question d’atteindre un but, d’obtenir un résultat. Bien sûr, les gens viennent avec une demande. En fait, ils viennent car il y a un mal-être, et mon travail est de trouver dans ce qu’ils expriment quel est ce mal-être, puis trouver quelle est son origine. Ensuite, le travail consiste à « ne rien faire »: lorsqu’on arrive à stopper momentanément ce qui bloque dans le corps, alors le corps sait résoudre tout seul tous ses problèmes. Tous les mécanismes de réparation, guérison, etc. se remettent en route. L’élément principal est la posture du thérapeute, qui consiste à ouvrir un espace pour le patient, à laisser libre le champ pour que les changements adviennent.

 

Pourquoi avoir choisi de pratiquer cette forme d’hypnose moins répandue ?

 

Parce que les autres hypnoses sont une « réparation », une « amélioration » du comportement, celle-ci est une libération de l’être.

 

Alors que les résultats obtenus sont les mêmes que ceux de la forme classique de l’hypnose, dîtes-nous ce qui fait véritablement la particularité de l’eïnothérapie ?

 

Les résultats obtenus ne sont pas les mêmes qu’avec la forme classique de l’hypnose. La véritable particularité est d’enlever ce qui bloque, au lieu de réparer ce qui dysfonctionne. Autrement dit, on ne s’attache pas, en premier lieu, à améliorer le symptôme ni à lui donner un sens: la disparition du symptôme sera une conséquence de la libération et de la transformation générale.

Un exemple : une personne manque de confiance en elle. En hypnose classique, on va demander à l’inconscient de trouver des ressources pour augmenter cette confiance, retrouver des souvenirs où on a réussi, où les autres ont été fiers de nous, où nous étions beau, etc. Augmenter le positif. En eïnothérapie, on va chercher quelle est la peur ou la croyance sous-jacente qui fait que la personne a peur de sa spontanéité, quelles sont les tensions dans le corps qui gênent ce mouvement de spontanéité vers les autres. Le corps trouve et répare, laisse circuler ce qui était bloqué, et la peur a disparu. La personne retrouve sa spontanéité, donc est à l’aise en public, ce que l’on appelle « confiance en soi ». La guérison ou disparition du symptôme est la conséquence.

Lorsque les peurs et culpabilités sont effacées, le corps retrouve un nouvel équilibre et une nouvelle façon de fonctionner. Cela n’est pas temporaire (contrairement aux « augmentations du positif » comme dans les hypnothérapies classiques), mais c’est un changement définitif.

 

L’intérêt de l’eïnothérapie

 

A l’opposé des techniques d’hypnose classique, ce nouveau concept s’intéresse à l’origine des troubles ou des blocages au lieu de traiter tout simplement le symptôme. Autrement dit, l’eïnothérapie permet au patient de résoudre définitivement son problème.

Partager l'article:
Condividi su Facebook Condividi su Twitter Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin
Publié le par Pion Denise
TAG:
Articles similaires:

Laveco e.U.

Entreprise de nettoyage
écrit par Elena.M le 12 Mars
François et son équipe, en plus d’être très serviable ont fourni un travail d’une qualité irréprochable…

Clara Gerthy

Nutritionniste à Toulon
écrit par Kathi.P le 14 décembre
Clara a su identifier mes problèmes et a pu me trouver des solutions adaptées…

DJ Hernandez

DJ à Rennes
écrit par Elvis.Z le 12 Avril
Musique très bien sélectionnée, Dj Hernandez a assuré une bonne ambiance tout au long de la soirée…

Tamara P

Traductrice à Marseille
écrit par Mateo.T le 7 Février
Elle travaille en détail et avec précision. Tout est livré dans les délais. Une personne appliquée…

Andrea Burgser

Photographie à Lyon
écrit par Anna.S le 15 Février
Andréa a su capturer les émotions et les moments clés de cette séance. Un travail d’un artiste…

Lacotec e.U

Peintre à Bordeaux
écrit par Antonio.M le 19 novembre
Peinture d’un immeuble ancien: chambre, cuisine, armoire, etc. compétent, fiable, rapide et ordonné…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comment fonctionne ProntoPro

Faire une demande
1

Faire une demande

Indiquez ce dont vous avez besoin en quelques clics.
Comparez les devis
2

Comparez les devis

En quelques heures, recevez jusqu'à 5 devis personnalisés.
Choisissez le professionnel
3

Choisissez le professionnel

Choisissez le professionnel le plus adapté à vos besoins après avoir comparé les devis et consulté les profils.