La psychomotricité pour un développement personnel harmonieux 

Publié le 26 septembre 2019 par Pion Denise
Condividi su Facebook Condividi su Twitter Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin

La psychomotricité est une pratique thérapeutique destinée aux enfants, aux adolescents et aux adultes ayant des difficultés sur le plan moteur, comportemental, relationnel ou émotionnel. Manon Gauducheau est psychomotricienne à Bordeaux, nous lui avons posé quelques questions. 

 

À 31 ans, Manon travaille au sein d’un cabinet pluridisciplinaire. Elle travaille notamment avec les enfants et les adolescents, afin de favoriser un développement harmonieux, d’ouvrir les capacités de communication et d’expression de soi. Avec les les personnes âgées, il s’agit de favoriser le bien être psychocorporel et de soutenir le vieillissement de l’organisme. Manon rencontre ainsi des personnes présentant des troubles de l’équilibre ou un syndrome post chute, souffrant de douleur, d’anxiété, de troubles du comportement ou de perte d’autonomie. 

 

Dans l’année à venir, Manon souhaite développer au sein du cabinet d’autres types de prise en charges comme des groupes de relaxation pour les aidants ou pour les actifs, des groupes de prévention des chutes et de graphomotricité.

 

Quelles ont été vos motivations pour exercer ce métier ?

 

J’ai toujours été intéressée par le comportement humain, le fonctionnement des émotions et plus largement la biologie. Je souhaitais également un métier au contact des patients, c’est donc vers la psychomotricité que je me suis naturellement tournée. Elle offre également une grande liberté quant aux médiations que l’on peut choisir et une grande diversité quant aux pathologies que l’on peut prendre en charge ce que je trouve très enrichissant.

 

 

 

Manon, comment êtes-vous devenue psychomotricienne ? Quel parcours avez-vous eu ?

 

J’ai commencé par un master de neurosciences à l’université de bordeaux. J’ai vraiment apprécié ces études que j’ai trouvées passionnantes mais qui destinaient à une carrière dans la recherche. Je souhaitais un métier moins académique, avec davantage de contact avec l’être humain, j’ai donc poursuivi mes études après l’obtention de mon master et pu accéder en deuxième année de psychomotricité par un système d’équivalence. Pour cela je suis partie à Paris pour passer donc les deux dernières années du DE de psychomotricité. Je les ais réalisées en alternance : j’étais soit en cours soit en apprentissage au sein d’un EHPAD ce qui m’a permis de me professionnaliser et me responsabiliser rapidement et de continuer mes études sans que cela reste purement théorique.

 

 

Pouvez-vous nous décrire votre entreprise et l’historique de celle-ci ? Travaillez-vous seul ou en équipe ?

 

Après deux ans de collaboration dans un cabinet parisien, j’ai développé ma propre activité en 2017 à Bordeaux. J’exerçais dans un premier temps uniquement au domicile des patients (2 jours par semaine) puis en septembre 2018 j’ai intégré un cabinet pluridisciplinaire (répartissant ainsi mon activité comme ceci : 1 jour au cabinet et 1 jour à domicile) me permettant de proposer un autre cadre à mes patients avec notamment un espace de rééducation plus grand et davantage de matériel à disposition. 

 

Les suivis à domicile sont maintenant destinés uniquement aux personnes âgées qui ont souvent des difficultés à se déplacer hors de leur domicile. Être au sein d’un cabinet pluridisciplinaire (avec des orthophonistes, des ostéopathes et une psychologue) permet effectivement de travailler en équipe lorsque nous suivons le même patient, cela facilite les échanges. Depuis un mois, j’ai également été rejointe par une autre psychomotricienne au cabinet, Marie Candalot, ce qui nous permet d’échanger sur certaines situations complexes en psychomotricité.   

 

En parallèle, je travaille également au sein d’un service de soins et de réadaptation. Je prends en charge principalement des adultes atteints de tumeurs cérébrales et des personnes âgées qui viennent dans le cadre d’un syndrome post-chute ou d’anxiété secondaire à une perte d’autonomie. Le travail en équipe a grandement sa place dans cette établissement et je prends beaucoup de plaisir à travailler en groupe ou en binôme et à apprendre des spécificités des autres métiers de la réadaptation (kinésithérapeuthe, ergothérapeutes, diététicien…). Être au sein d’une équipe pluridisciplinaire est une réelle source de motivation et de progression.

 

 

 

Quels sont vos accessoires favoris pendant les séances avec vos patients ? Quelles fonctions assurent ces accessoires ?

 

Les balles car elles permettent les jeux d’échange et donc facilitent l’interaction avec le patient. Elles permettent également sur le plan tonico moteur de travailler la régulation tonique, la coordination et la précision gestuelle. J’apprécie également le volent détente et la stimulation sensorielle lorsque je les utilise en relaxation, notamment les balles à picots.

Les balles offrent des possibilités multiples et représentent un matériel accessible et pouvant revêtir des formes, matières et tailles très variables.

 

J’affectionne également les feutres : souvent utilisés pour la rééducation de l’écriture, ils permettent également de solliciter la motricité fine, encouragent l’expression de soi, à travers l’écriture d’histoires et surtout permettent de libérer l’imagination. Comme les balles, j’en utilise de différentes formes, duretés, tailles, matières, ce qui constitue une réelle richesse dans leur utilisation.

 

Quelles sont les différences entre un psychomotricien et un physiothérapeute ?

 

Ce terme n’est pas employé en France, nous parlons plutôt de kinésitherapeute. Le psychomotricien approche la personne dans sa globalité, il s’intéresse au lien et à l’harmonie des fonctions motrices, psychiques et affectives. L’approche psychomotrice vise le mieux-être psychocorporel dans l’épanouissement de la personne et de sa relation à l’autre.

 

Le kinésithérapeute a pour objectif de prévenir l’altération des capacités fonctionnelles, de concourir à leur maintien et, lorsqu’elles sont altérées, de les rétablir ou d’y suppléer. Cela concerne donc spécifiquement les troubles du mouvement ou de la motricité de la personne et les déficiences ou altération des capacités fonctionnelles du corps.

 

Pour donner une image : si l’on compare l’être humain à une voiture, le kinésithérapeuthe serait le mécanicien, il fait en sorte que la voiture puisse fonctionner correctement (il la répare, vérifie les éléments du moteur) et le psychomotricien serait le moniteur qui permet d’apprendre  à conduire la voiture. C’est une image un peu simpliste mais qui généralement est parlante.

 

Par exemple, dans le cadre d’un patient qui présente un syndrome post chute, le psychomotricien va davantage s’intéresser à la diminution de la peur de tomber, à l’adaptation posturale et à la réassurance et prise de conscience des capacités en mouvement.

 

 

En quoi consiste la graphomotricité ? Quels en sont les bienfaits ?

 

La graphomotricité est la prise en charge des troubles de l’apprentissage de l’écriture qui découle du bilan psychomoteur et qui répond à des objectifs thérapeutiques tels que « améliorer la qualité ou la vitesse de l’écriture », « diminution les douleurs liées au graphisme » ou encore « retrouver le plaisir et la motivation d’écrire ».

 

Elle prend en compte tous ses aspects : la posture globale du corps, la prise du crayon, l’apprentissage de la formation des lettres, la régulation du tonus musculaire, le repérage spatial de la feuille et le rythme de l’écriture. La graphomotricité intervient sur le plan intellectuel, sur le plan moteur et sur un plan affectif. Elle aborde ainsi l’écriture dans sa globalité, en tant que praxies complexes, et permet ainsi à l’enfant de faire des progrès et de gagner confiance en lui pour retrouver du plaisir à l’école en apprentissage mais aussi à la maison sur ses temps de loisirs. 

 

Pour en savoir plus : http://psychomotricienne-bordeaux.fr/

Partager l'article:
Condividi su Facebook Condividi su Twitter Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin Condividi su Linkedin
Publié le par Pion Denise
TAG:
Articles similaires:

Laveco e.U.

Entreprise de nettoyage
écrit par Elena.M le 12 Mars
François et son équipe, en plus d’être très serviable ont fourni un travail d’une qualité irréprochable…

Clara Gerthy

Nutritionniste à Toulon
écrit par Kathi.P le 14 décembre
Clara a su identifier mes problèmes et a pu me trouver des solutions adaptées…

DJ Hernandez

DJ à Rennes
écrit par Elvis.Z le 12 Avril
Musique très bien sélectionnée, Dj Hernandez a assuré une bonne ambiance tout au long de la soirée…

Tamara P

Traductrice à Marseille
écrit par Mateo.T le 7 Février
Elle travaille en détail et avec précision. Tout est livré dans les délais. Une personne appliquée…

Andrea Burgser

Photographie à Lyon
écrit par Anna.S le 15 Février
Andréa a su capturer les émotions et les moments clés de cette séance. Un travail d’un artiste…

Lacotec e.U

Peintre à Bordeaux
écrit par Antonio.M le 19 novembre
Peinture d’un immeuble ancien: chambre, cuisine, armoire, etc. compétent, fiable, rapide et ordonné…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comment fonctionne ProntoPro

Faire une demande
1

Faire une demande

Indiquez ce dont vous avez besoin en quelques clics.
Comparez les devis
2

Comparez les devis

En quelques heures, recevez jusqu'à 5 devis personnalisés.
Choisissez le professionnel
3

Choisissez le professionnel

Choisissez le professionnel le plus adapté à vos besoins après avoir comparé les devis et consulté les profils.